Fermer la fenêtre

Statue of... Liberty is not Statue of... Freedom

Car, si nous traduisons freedom par liberté en français, sa définition de freedom n’est pas synonyme - un faux-ami. Ceci peut conduit à une incompréhension et à des discussions sans fin. Il est donc toujours nécessaire de revenir vers la définition du mot ou des mots utilisés.

Alors qu’en est-il ?

Freedom vient du vieil anglais frēodōm et signifie " the right to do or say what youwant without anyone stopping you " = « le droit de faire ou de dire ce qu’on veut sans qu’autrui puisse vous en empêcher ».
Ainsi : " the First Amendment (1791) prohibits Congress from obstructing the exercise of certain individual freedoms: freedom of religion, freedom of speech, freedom of the press, freedom of assembly, and right to petition ".
La traduction en français donne : « Premier Amendement. Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs ».

A noter que détenir et porter des armes est un droit du peuple étatsunien inscrit dans le 2e amendement.

Le mot liberté vient du Latin libertas (liber = libre) ; un mot passé dans le Middle English sous liberty. Sa définition dans le présent contexte est :  « pouvoir que le citoyen a de faire ce qu'il veut, sous la protection des lois et dans les limites de celles-ci » ; ou encore : la liberté est « le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui ».
Cette définition est appelée civil liberty aux USA qui répond au " 9th Amendment : The enumeration in the Constitution, of certain rights, shall not be construed to deny or disparage others retained by the people ". En France, les libertés publiques sont un  « ensemble des droits reconnus à l'individu considéré isolément ou en groupe, face à l'autorité politique et en particulier face à l'État ».

Ce petit retour aux fondamentaux montre que nous faisons parfois une mauvaise interprétation de ce qu’est notre liberté, tout comme de nos droits et devoirs, et que ceux d’autres peuples peuvent être différents des nôtres !
Cette différence dans les notions de liberté [sens large] ne serait-elle pas en partie responsable de la difficulté à faire admettre aux Etatsuniens le projet de Statue de la Liberté ?


La "Liberté éclairant le Monde" et quelques-uns de ses secrets

C'est le nom officiel de la Statue de la Liberté, qui fut conçue par le sculpteur protestant colmarien Auguste Bartholdi et construit par l’ingénieur français Gustave Eiffel (tous deux francs-maçons), était à l’origine destinée à l’ouverture du Canal de Suez en Egypte en 1867. Son projet fut rejeté.
Elle révèle à travers ses différents constituants la marque de l'ordre des "Illuminaten" allemands et celle plus récente de la franc-maçonnerie dans laquelle les protestants ont joué un rôle important :

  • Les francs-maçons français de l’époque, était profondément imprégné des rituels « Egyptiens » et la statue originelle était une effigie de la déesse Isis. Bartholdi a fait un long voyage en Egypte.
  • Le symbole de la flamme : la Liberté tient la « Flamme de l’Illumination » maçonnique, aussi appelée dès le XVIIIe siècle « Flambeau de la Raison » par les "Illuminaten".
  • La pierre angulaire de la Statue de la Liberté fut placée lors d’une cérémonie solennelle organisée par les loges maçonniques de New York en 1884.

A rappeler que le billet de UN dollar US comporte la pyramide des "Illuminaten" : constituée de 13 degrés, le quatorzième représentant l’œil d’Horus ; sur sa base est inscrite, en chiffres romains, l’année 1776, année de la création de l’ordre secret des "Illuminaten", le 1er mai,... et celle de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis, le 4 juillet.

D'autres secrets impliquant cette statue et ses concepteurs seront probablement publiés dans les temps à venir.


Le célèbre poème (Le Nouveau Colosse) écrit par l'Américaine Emma Lazarus (1849-1887) en 1883 a été gravée sur une plaque apposée sur le piédestal de la Statue de la Liberté, en 1903.

The NEW COLOSSUS.*

Not like the brazen giant of Greek fame,
With conquering limbs astride from land to land;
Here at our sea-washed, sunset gates shall stand
A mighty woman with a torch, whose flame
Is the imprisoned lightning, and her name
Mother of Exiles. From her beacon-hand
Glows world-wide welcome; her mild eyes command
The air-bridged harbor that twin cities frame
"Keep, ancient lands, your storied pomp!" cries she
With silent lips. "Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to be free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door!"


Traduction partielle... Gardez, Vieux Monde, vos fastes d'un autre âge !" crie-t-elle
En silence "Donnez-moi vos pauvres, vos exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de vos rivages surpeuplés
Envoyez-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte,
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !"


*Written in aid of the Bartholdi Pedestal Fund, 1883.

 Fermer la fenêtre