Close

Stattmatten

Blason de Stattmatten

   

STATTMATTEN existe depuis le IXe siècle, mais son nom n’apparaît qu’au XIVe siècle. En 1359, le village passe avec dix autres communes voisines aux mains des barons de Fleckenstein. Une légende transmise par les générations raconte que le village fut fondé par une famille suisse, les Heintzen, qui en longeant le Rhin fut émerveillée par la beauté du site. Elle amarra son bateau près d'une berge, un quai actif près d'une prairie verdoyante (Statt en den matten) et finit par s'y établir définitivement.

    La Réforme y fut instaurée en 1543 par les Fleckenstein. Le village a toujours été rattaché à Sessenheim, il n'y a ni église, ni cimetière. Les protestants vont au culte et sont enterrés à Sessenheim. Aujourd'hui il y a aussi une école primaire protestante.

    L'histoire de la bourgade est étroitement liée a celle du Rhin, zone de passage des gens de guerre. Stattmatten faillit disparaitre comme d'autres villages dans les méandres des pillages, mises à sac et autres horreurs de guerre. Celle de Trente Ans (1618-1648) fut la plus meurtrière et rares furent les familles qui survécurent en se réfugiant sur les îles du Rhin. Lors de la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714), le maréchal de Villars, commandant les troupes du roi de France livra en 1706 une bataille importante contre les armées du Prince de Bade qui lui permit entre autres de prendre le tête du pont du Rhin à Stattmatten.

    Lors de l'extinction de la lignée mâle des Fleckenstein en 1720, le village passa jusqu'à la Révolution aux mains du prince de Rohan-Soubise.

    Dans les siècles passés, la plupart des habitants de Stattmatten vivaient de la pêche, de la batellerie et de l'agriculture. On rencontre également quelques orpailleurs qui restent en mémoire par les surnoms familiers (Hofname) tels que Goldriecke ou Goldschängel.

    C'est Georg Michel Wohlhüter (1782-1837), né à Roppenheim, qui, en se mariant avec Margaretha Heintz (1787-1833) à Stattmatten, s'est installé comme cordonnier dans ce village. D'autres Wohlhüter y emménagent ensuite, notamment Eva Wohlhüter (1809-1870), de Auenheim, qui s'y marie en 1832 avec Daniel Heintz (1805-1870) ; Laurent Wohlhüter (1822-1863), de Kauffenheim, en 1847 avec Frédérique Klein, née en 1817 à Sessenheim.

<< De sinople à la croix d'argent, chargée en cœur d'un tourteau du champ.

En 1793, la population était de 293 habitants, en 1821 de 474. En 2004 elle était de 646 habitants (50,6% d'hommes et 49,4% de femmes) ; le nombre de célibataire était de 30,4% et les couples mariés représentaient 59,3% de la population (voir Démographie).

 

Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact