Close

Sainte-Croix-en-plaine

Blason de Sainte-Croix-en-plaine

     Au début du XIe siècle, un couvent de Bénédictines est fondé par le comte Hugues IV d'Eguisheim et son épouse Heilwige de Dabo près de leur village de Woffenheim. En 1049, leur fils, le pape alsacien Léon IX, lui fit don d'une particule de la croix du Christ, de là le nom. Puis, autour du couvent se forma un village qui prit le nom de "Sancta Crux" ou "das heilige Crutz" (aujourd'hui Sainte-Croix-en-plaine), propriété des comtes d'Eguisheim. Puis, le bourg vécut des moments difficiles jusqu’au début du XVIe siècle. Il passa successivement sous l'emprise de l'évêque de Strasbourg à celle de l'évêque de Bâle, puis des puissants Habsbourgs en passant par les Armagnacs qui rasèrent les villages voisins de Woffenheim et Dinzheim, et les troupes suisses.
     En 1504, l'empereur Maximilien I de Habsbourg, après avoir repris la petite ville, la vendit pour 12 000 florins à son trésorier Jacque Villinger de Schönenburg. La veuve de ce dernier vendit Ste-Croix en 1536 pour 26 000 florins à la ville (libre) de Colmar qui garda le bourg jusqu'à la Révolution.

<< "D'azur à la croix haussée tréflée au pied fiché d'argent, deux crosses d'or affrontées, futées d'argent, passéees en sautoir et brochant sur le tout" depuis le milieu du XVe siècle.

 Obermühl ou Moulin supérieur

     Ce moulin est aussi connu sous le nom de "Taüfermühle", car c'est un mennonite, Sebastian Peterschmitt (1748-1826) qui est venu du moulin de Jungholtz pour s'installer en 1788 à la Obermühl, sur le ban de Sainte-Croix-en-Plaine, et il se marie peu après avec Ruth Schlatter (1748-1823) ; il achetera ultérieurement le domaine dit du "moulin supérieur" situé sur la rivière Thur [*].
     Leur enfant Jean François, né au moulin en 1798, est meunier lui-même et mennonite. Veuf de Barbe Stucky, décédée en 1822, ce dernier épouse en secondes noces, en 1824, Roth Véronique, dont l'ancêtre est Anna Schürch. Elle est née à Carspach en 1800. Ses parents cultivateurs Jacques Roth (1765-1822) et Anne Liechli, elle présente au mariage, habitaient la ferme St-Georges sur ban d'Ensisheim, à environ 2 km au Sud de ce bourg, au bord de l'Ill [carte]. L'acte de mariage registre de Sainte-Croix-en-Plaine n° 3 p. 22 [en ligne aux Archives départementale 68] ne fait aucune mention sur la religion. Parmi les témoins, on note Joseph Gerig (Schürch ?) âgé de 53 ans, cultivateur, demeurant à Schönensteinbach
     Tous leurs neuf enfants sont nés à la Obermühl. Et en savoir plus...

      Aujourd'hui, ce moulin est un hôtel.

[*] Leur fils aîné Sebastian Peterschmitt (1781-1866), né à Sainte-Croix, s'installe vers 1809-1810 au Rheinfelderhof (ban de Rustenhart) avec sa première épouse Barbara Goldschmitt. Ce domaine possède une longue histoire. Après le décès de cette dernière en 1831 à Rustenhart, il épouse en secondes noces, la même année, Catherine Steinmann. Sur l'acte de mariage il est précisé qu'il est mennonite, ainsi que ses parents. Elle est née à Eusserthal (Landau, Allemagne), mennonite elle aussi (voir acte de mariage Rustenhartd n° 2 p. 110 en ligne aux Archives Départementales 68). Tous ses enfants, ceux du premier comme du second mariage sont nés au Rheinfelderhof.
Un autre fils, Peter Peterschmitt (1785-1838), y épouse Madeleine Steinmann en 1819 et leurs enfants aussi naîtront au Rheinfeldenhof.

 


Les étoiles rouges indiquent des descendants de Schürch
venant de Sumiswald
[Cliquez sur la carte pour agrandir le rectangle]

Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact