Famille Emig - Bouisson

Parenté Rapp - Bartholdi : l'oncle Johann Georg von Edighoffen - dit Jean Georges Edighoffen - et la statue du Général Rapp à Colmar

 Fermer la fenêtre


Le sculpteur Auguste BARTHOLDI         et         le général Johannes (dit Jean) RAPP

neveux du général d'Empire Johann Georg von Edighoffen
(dit Jean Georges Edighoffen)

Les toutes dernières recherches en généalogie (septembre 2019) ont permis de mettre en évidence que le général Johann Georg von Edinghoffen (dit Jean Georges Edighoffen - 1759-1813) avait parmi ses neveux, deux qui sont : l'un est le général Johannes (Jean) Rapp (1771-1821) [il est son oncle maternel] et l'autre Auguste Bartholdi (1834-1904) [il est son oncle par alliance par sa troisième épouse, demi-sœur de Charlotte Beysser, la mère d'Auguste]. Toutes ces familles sont protestantes luthériennes.
Dès lors, la statue du général Rapp, sise sur la place Rapp à Colmar, et œuvre magistrale du jeune sculpteur Bartholdi, entre dans un contexte familial méconnu jusqu'à présent dans les biographies de ces illustres personnages.

Le jeune lieutemant Jean Rapp doit sa carrière au Dr. Johann Carl Bartholdi, grand-père d'Auguste Bartholdi...

Les liens plus étroits furent tissés entre les famille Rapp et Bartholdi en 1795. Néanmoins, elles devaient se connaître, car toutes deux étaient protestantes, fréquentaient l'église St-Matthieu et habitaient à 150 m l'une de l'autre à Colmar.

En effet en 1795, le lieutenant Jean Rapp, alors qu'il était en convalescence chez lui à Colmar après une blessure reçue à Leizkam, dans le Palatinat, avait rencontré une jeune fille dont il était tombé aussitôt éperdument amoureux. Rétabli, en instance d'être rappelé auprès de Desaix, il pressa un médecin de la ville de lui délivrer un certificat d'incapacité pour lui permettre de rester auprès de la belle. Le Dr. Jean-Charles Bartholdi (1756-1830), grand-père d'Auguste, refusa de signer un faux et fit entendre raison au jeune officier : « Je ne veux pas contribuer à la sottise que vous entendez faire. La guerre vous conduira aux honneurs, et si j'avais la faiblesse d'accéder à vos désirs, cette complaisance vous laisserait plus tard de trop puissants regrets. »

Un diagnostic dont Rapp saura plus tard se souvenir. Lors d'une réception, le général confia à ses invités dont fut Jean Charles Bartholdi, fils du médecin et futur mari de Charlotte Beysser : « Messieurs, sans le père de ce jeune homme, je serais maintenant à planter des choux à Colmar. » Cette relation s'ajoute aux liens de Charlotte avec son beau-frère Georg von Edighoffen, oncle maternel de Jean Rapp et d'Auguste Bartholdi. Pas de doute que Charlotte avait des intérêts familiaux à promouvoir son fils pour la réalisation de la statue Rapp, pas étonnant l'écriture de ses lignes en 1852 : « Auguste reçoit la liste avec la ratification du Maire et du comité pour ouvrir une souscription pour la statue qu'Auguste (sic) doit faire. Cette décision cause bien des causeries dans ce nid de Colmar. Quelle jalousie ! mais, d'un autre côté, que de bonté et de bienveillance ! cela me fait du bien. » Et les relations des Bartholdi n'ont pas plu à certains ambitieux dans une petite ville bourgeoise de quelque 20 000 habitants à l'époque.

Le 6 mars 1854, elle a collé une étiquette dans son agenda avec ces mots : « 1854. Année dans laquelle Auguste a commencé Rapp. Ce matin, à huit heures, note-t-elle ce jour-là, Auguste a commencé la grande œuvre de la statue Rapp - trois chariots de terre glaise, 1500 livres de fer (qu') Auguste (?) a forgées sur une enclume qu'il s'est fait mettre à l'atelier - quel travail » (voir Belot & Bermond, 2004, p. 44).

L'oncle Johann Georg von Edighoffen dit Jean Georges Edighoffen

Johann Georg von Edinghoffen est entré dans l’armée comme soldat en 1777 ; après trois campagnes en mer, dont la Guerre d'indépendance des États-Unis de 1781 à 1783, avec le grade de caporal, puis de sergent, puis Gibraltar. Congédié pour ancienneté de service, avec le grade de sergent le 8 janvier 1791, il s'engagea le même mois au 6e bataillon des volontaires du Haut-Rhin au service duquel il fut élu capitaine le 8 août 1792. Il s’installe à Colmar, sa ville natale, et, cette même année le 19 mars, il se marie à Riquewihr en premières noces avec Maria Barbara Birckel, née à Riquewihr en 1751 et décédée en 1798 à Colmar.

Sa signature de capitaine en 1798 et de général en 1807 >

Il est nommé colonel en 1804 et général de brigade en 1806. Suite au décret du 4 nivôse an XIV (16 décembre 1805), sur la bataille d’Austerlitz, il est nommé commandant de la Légion d'honneur. En 1807 à Barr, il s’est uni en secondes noces à Catharina Margaretha Dietz (1785-1808) et quitte son domicile colmarien pour habiter Wihr-en-plaine. Son état de santé l’oblige à prendre sa retraite le 15 juin 1807. Sa jeune épouse meurt en 1808 à Wihr.

En troisièmes noces, il épouse à Ribeauvillé le 7 septembre 1808 Catharina Margaretha Mathio (1788-1848). Par lettres patentes signées le 15 juillet 1810 à Rambouillet, il devient Chevalier de l'Empire. Ses armoiries blasonnent : De sable, à l'épée en bande d'or côtoyée de deux cotices du même ; à la bordure de gueules du tiers de l'écu au signe des chevaliers posé au deuxième point en chef.
Sa troisième épouse n’est autre que la demi-sœur de la future mère du sculpteur, Augusta Charlotte Beysser (1801-1891) : oncle par alliance d’Auguste Bartholdi, ce dernier ne le connaîtra point car il décédé à Ribeauvillé en 1813 et le général Rapp à Rheinweiler en 1821. La mère de ces deux soeurs est Catharina Margaretha Graff (1765-1825), le père étant respectivement Abraham Peter Mathio (1741-1793) et Simon Beysser (1762-1839).
Deux enfants naîtront de cette troisième union : - Jean Gustave d’Edighoffen (1809-1839) qui épouse en 1836 Marie Antoinette Baëumlin ; et, - Georgette Emilie d’Edighoffen (1809-1839), épouse Georges Louis Berdot en 1831. Simon Beysser et son frère Andreas, étaient plusieurs fois témoins dans des actes d’état-civil. A remarquer que Louise Berdot épouse un industriel colmarien André Scheurer, en 1863 et leur fille Jenny Louise convolera avec l’industriel Charles Peugeot, en 1891.

Après le décès du général von Edighoffen, son épouse se remarie en 1816 à Ribeauvillé avec son oncle maternel Elias Graff (1771-1847) [et grand-oncle d'Auguste Bartholdi], le couple ayant obtenu une dispense royale, datée du 11 octobre 1816.

arbre

Lien de parenté de Jean Rapp avec Auguste Bartholdi. Pour le détail des ascendances et descendances, ainsi que des fiches individuelles, consulter https://gw.geneanet.org/emig_w.

D’autres liens de parenté par alliance existent entre Rapp et Bartholdi (voir document joint). Parmi eux, avec les Kessel, la tante paternelle Anna Maria Rapp (1747-1804) a épousé Conrad Kessel (1736-1813), dont deux frères sont l’un, un ascendant du Dr. Albert Schweitzer (1875-1965), prix Nobel de la Paix, et l’autre celui de l’auteur de ces lignes.

Statue du Général Rapp à Colmar

La décision du conseil municipal de Colmar d'ériger un monument à la gloire de cet illustre enfant de la cité remonte au mois d'août 1841. Un premier projet parisien échoue par manque de fonds et suite aux événements politiques. La reprise du projet redevient possible avec l’avènement de Napoléon III. Dès 1852, Auguste Bartholdi, alors âgé de 18 ans, propose une maquette qui emporte l'adhésion des comités de souscription formés à Paris et à Colmar. Cette statue est la première commande publique et le premier monument réalisé par jeune sculpteur Auguste Bartholdi ; l'architecte se nommait Mathias Xavier Hatz (1825-1890), et le coulage de la statue de bronze est confié au fondeur Charnod à Montrouge au printemps 1855. Cette statue, il la réalisera dans la maison que sa mère a fait construire à Paris, au 38-40 de la rue Vavin, où il va vivre pendant près de quarante ans et où il va produire la majorité de ses œuvres.
Le meilleur soutien de l’artiste a été sa mère Charlotte Beysser, appartenant aux familles de la bourgeoisie protestante, aisée et influente, à Colmar et environs (vignoble et Ried), et aussi à Paris[1] : elle réussira à empêcher que la ville de Colmar ne réduise de moitié la taille de la statue… par souci d’économie. L’empereur Napoléon III lui-même contribuera, ainsi que la famille impériale et la famille Rapp pour le financement de l’œuvre et son inauguration. Et comme pour d’autres œuvres de son fils, c’est sa mère qui achèvera la souscription que les dons n’ont pas suffi à financer. En outre, Augustes Bartholdi ne demandera jamais d’honoraires à la ville de Colmar[2].
Ce monument fait du général Rapp un héros statufié qui, plus qu’une œuvre, deviendra un symbole pour les Colmariens (photo ci-contre). Elle a lancé la carrière du statuaire et un avenir prometteur s’ouvre devant lui.

Les liens de parenté de sa mère, énoncés ci-dessus, peuvent donner un nouvel éclairage sur la motivation du projet de statue par le jeune Bartholdi.

Calendrier :

◦  Macintosh HD:Users:chrisemig:Desktop:Bartholdi-4.png1854 : le 10 janvier, sur les recommandations du colonel Marnier, Bartholdi est chargé de la statue du général Rapp à Colmar.

◦  1855 : la statue était exposée à l'origine sur les Champs-Élysées à Paris et présentée à l'exposition universelle de 1855.

◦  1856 : l’érection du monument est autorisée par décret du 10 mai et l’inauguration a lieu le 31 août à Colmar.

◦  1872 : les Allemands veulent enlever le monument mais le projet n’est pas mis à exécution.

◦  1940 : la statue est détruite par les Allemands. Les débris sont conservés.

◦  1945 : classé au titre des monuments historiques par arrêté du 6 août 1945 (immeuble).

◦  1946 : à l’initiative du général de Lattre de Tassigny, le gouvernement provisoire de la République classe la statue au titre des monuments historiques et la fait restaurer par le sculpteur Edouard Stenzel. Le monument est inauguré le 2 février sur un socle provisoire par Edmond Michelet, ministre des Armées.

Inscriptions sur le monument :

◦   Sur plinthe à droite :
AUG. BARTHOLDI Sculpteur
◦    Sur plinthe à gauche : F. CHARNOD FONDEUR 1855 [sur l’ancien piédestal]
◦   A l’avant : AU GENERAL RAPP
SES COMPATRIOTES
ET SES ANCIENS FRERES D’ARMES
MA PAROLE EST SACREE

   

Cartes postales de la statue du Général Rapp à la fin du XIXe siècle, à Colmar sur la place Rapp.

Références

Bachoffner P. (1984). Un hommage public des étudiants en pharmacie au général Rapp, héros d'Austerlitz, dans l'Alsace annexée par l'Allemagne (1905). In Revue d'Histoire de la Pharmacie, 72ᵉ année, n°261, p. 138-140.

Belot R. & D. Bermond (2004). Bartholdi. Perrin, Paris, 466 p.

Emig C. C., 2014. Les ascendances du célèbre sculpteur colmarien Auguste Bartholdi. Nouveaux eCrits scientifiques, NeCs_01-2014, p. 1-44.

Emig C. C. (2019). Descendance du Général Rapp. CdM Création, Marseille, 21 p.

Liévyns A., Verdot J.M. & Bégat P. (1847). Fastes de la légion-d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre. Paris, tome 5, 608 p. [Edighoffen, p. 277]

Pallier M. (2016). Auguste Bartholdi (1834-1904) ou la persévérance récompensée. Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, Séance publique du 2 mai 2016, p. 109-121.

Révérend A. (1897). Armorial du Premier Empire - Titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier. Annuaire de la noblesse, Paris, tome 2, 372 p. [Edighoffen, p. 128-129].

Schelcher J. M. (2017). Bartholdi, mère et fils. Le Verger éditeur, Barr, 720 p.

Schmitt J.M. (1986). Bartholdi : une certaine idée de la liberté. La Nuée Bleue, Strasbourg, 104 p. & FeniXX, 124 p. (version numérisée).

Liens :

https://e-monumen.net/patrimoine-monumental/monument-au-general-rapp-colmar/

Archives départementales du Haut-Rhin – acte de mariage mariage Graff x Mathio, http://www.archives.haut-rhin.fr/search/result#viewer_watch:a011455803158dnTY7b/5449c9e70e

Cousinages illustres : le général Johannes Rapp, le général Johann Jacob Kessel et le pasteur médecin Albert Schweitzer, prix Nobel de la Paix 1952. http://emig.free.fr/GENEALOGIE/Fig-Emig/Rapp-Schweitzer.html



Notes :

[1] En 1843, après la mort de son mari en 1836, elle s’installe avec ses deux fils à Paris où résidait déjà le cousin germain Jean Frédéric Bartholdi (1794-1839) et son épouse, la comtesse Walther (1803-1875).

[2]  La maison natale, à Colmar, sise au 30 de la rue des Marchands, est aujourd’hui le Musée Bartholdi, un legs du sculpteur et de son épouse.


Page à télécharger en  pdf  sous le titre :

Emig C. C., 2019. Statue du général Jean Rapp par Auguste Bartholdi : liens de parenté entre le sculpteur et le général. CdM Création, Marseille, 7 p.


    L'arbre   von Edighoffen
    L'arbre   Rapp
   
    L'arbre   Graff
    L'arbre   Bartholdi

Lien de parenté de Christian EMIG avec Johann Georg von EDIGHOFFEN


Ancêtres communs = 0

Autres liens de parenté = 1
von EDIGHOFFEN Johann est le conjoint de la belle-mère de la grand-tante
par alliance de l'arrière-arrière-grand-mère d'EMIG Christian


Détail du lien de parenté : tableau ci-contre

 von EDIGHOFFEN Johann Georg (1759-1813)
conjoint de  BIRCKEL Maria Barbara (1751-1798)
conjoint de  BRONNER Johann Jacob (1730-)
père de  BRONNER Anna Magdalena (~ 1760-1824)

conjoint de

 PREISS Johann Martin (1747-)
frère de  PREISS Johann Philipp (~ 1736-1804)
père de  PREISS Johannes (1778-1826)
père de  PREISS Marie Catherine (1813-1859)
mère de  EMIG Jean Jacques (1836-1916)
père de  EMIG Jean Charles (1865-1928)
père de  EMIG Charles (1909-1970)
père de  EMIG Christian Charles Théodore (1941-)

 Fermer la fenêtre