Close

Roppenheim

Blason de Roppenheim
(avant XVIIIe siècle)

ROPPENHEIM, situé à l’extrême pointe nord de l’Uffried [comté du Ried], est cité dès le XIIIe siècle, quand le 10 février 1207 l’empereur Philippe von Schwaben confirma la possession de domaines situés à Roppenheim à l’hôpital de Haguenau. A partir du 26 janvier 1359 et jusqu'en 1720, les barons de Fleckenstein s’approprièrent tous les droits sur Roppenheim. Ils habitent le célèbre château du Fleckenstein à Lembach. Construit au début du XIIe siècle par la famille impériale des Hohenstaufen, ce château fort fut habité dès 1129 par les Fleckenstein qui devinrent plus tard une des baronnies les plus influentes de la région. Cette imposante forteresse, réputée pour sa défense militaire exceptionnelle, fut conquise en 1674 par Vauban, puis détruite en 1680 par les troupes d'occupation de Louis XIV à coups d'explosifs, dirigées par le baron de Montclar, grand démolisseur de châteaux en Alsace. Elle est ensuite laissée à l'abandon.

    C’est en 1542 que les Barons, qui étaient passés à la religion luthérienne, introduisirent la Réforme dans l’ensemble des communes de l’Uffried, et Roppenheim devient baillage de l'Uffried protestant en 1571. Devant l'église, on peut voir une belle pierre tombale d'un des baillis : « ... Bitsch, Freiherrlicher Fleckenstein Amptmann, verst 1611 » (Bitsch, chevalier bailli des Fleckenstein, mort 1611), avec son Leichentext (texte de l'enterrement): Esaïe 54/22. Sous la pression de Louis XIV, l'église protestante devient mixte (simultanéum) en 1696.

    Puis, en 1720, suite à la mort sans descendance directe mâle du dernier baron de Fleckenstein, Henri Jakob de Fleckenstein, le roi Louis XV transmit tout l'Uffried, comprenant 30 villages, à Hercule de Rohan-Soubise, frère du cardinal de Rohan. Il le restera jusqu'à la Révolution française. La paroisse comprend deux annexes avec simultaneum : Forstfeld et Kauffenheim, qui formaient anciennement la paroisse indépendante, avec presbytère, de Kauffenheim, et une diaspora dans la large couronne de villages catholiques qui l'entoure, notamment Roeschwoog, Fort-Louis, Beinheim.

    En 1793, la population était de 162 habitants, en 1821 de 208, en 1999 de 209 (voir Démographie) ; en 1807, elle comprenait 78 % de protestants luthériens et 22% de catholiques ; en 2006 de 956 hab.

<< "d'argent terrassé de sinople, senestré en chef d'un fer à cheval de sable" dans Armorial général de France. Vol. 1 : Alsace, p. 574, dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier.

 


 (*)   Autre célébrité alsacienne, Henri Loux, né à Auenheim en 1873 et décédé à Strasbourg en 1907, passe son enfance à Sessenheim auprès de sa famille, protestante ; son père Henri Edouard (1842-1901) était instituteur à Auenheim, puis directeur d'école à Sessenheim. Il est surtout connu pour les illustrations de la vaisselle dite « Obernai » et fabriquée par les faïenceries Utzschneider & Cie à Sarreguemines.


 

Souvenirs à partir de photos actuelles : un tour dans Roppenheim et Auenheim, Rountzenheim
Et extrait d'une " Brochure touristique sur Sessenheim, Leutenheim..."

 

Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact