Close

Ostheim

 

 

 

Blason d'Ostheim
Ostenheim sur le tocsin datant de 1662

 

Seigneurie de Riquewihr

En l'an 785 déjà, Ostheim est répertorié sous la dénomination Osthaim. Jusqu'à la Réforme, introduite en 1535, la paroisse faisait partie de l'Evêché de Bâle. L'agriculture, l'élevage puis, grâce à la proximité d'une eau courante, la pêche furent depuis les temps historiques les plus reculés, l'occupation primitive des habitants. Faisant partie au XIIIe siècle des domaines des comtes de Horbourg, le village d'Ostheim passa en 1324 à la maison de Wurtemberg, protestante, et y resta attaché jusqu'à la Révolution Française, comme membre de la seigneurie de Riquewihr avec les villages voisins (Beblenheim, Mittlewihr, Hunawihr et Aubure). La réforme fut introduite en 1535 : réformés jusqu'à la mort du comte Georges de Wurtemberg en 1558, tous les habitants devinrent luthériens sous la pression du tuteur de son fils. En 1686, le village devint la résidence de la princesse Anne de Wurtemberg, dite "Duchesse aux chiens". Ce qui restait encore de son Manoir fut totalement détruit en 1944.
Ostheim eut à subir bien des vicissitudes : guerre des Armagnacs, guerre des Paysans, guerre de 30 ans et autres évènements des guerres du XVIIe siècle, provoquant parfois le dépeuplement complet du village, comme pendant la guerre de 30 ans (1635-1642) ou lors des pillages de 1674.

Vers la fin du XVIIIe siècle, Ostheim comptait 995 habitants et 156 maisons et vers les années 1950, environ 1700. La population participait, du point de vue économique, à la fois des ressources purement agricoles de la plaine et de la culture viticole par les propriétés que nombre de ses habitants détenaient dans les territoires de Beblenheim, Zellenberg ou Ribeauvillé. Réputé riche, le bourg n'en comptait pas moins des écarts importants entre grands propriétaires et simples journaliers, situation que l'expansion démographique du début du XIXe siècle a fortement aggravé, alimentant l'émigration vers l'Amérique du Nord à partir des années 1840. La ligne de chemin de fer Colmar - Benfeld fut mise en service le 18 octobre 1840.


<< le blason d'ostheim, depuis la fin du xviie siècle, représente une ramure de cerf de gueules en pal, rappelant la famille de wurtemberg, sur un mont de trois coupeaux de sinople duquel sont mouvants un socle de charrue à dextre et un coutre de même à senestre, et de deux lettres majuscules o et s, aussi de sable, posées en chef, l'une à dextre et l'autre à senestre.


Les paysans d'Ostheim fidèles à leur passé restaient rivés, malgré les changements de nationalité, notamment au XIXe et XXe siècles, à leurs terres et riches cheptels. En 1944, la guerre s'installe au sein même du village pour près de 60 jours durant la bataille de la "Poche de Colmar". Quartier par quartier, les maisons sont pilonnées par les chars américains et l'artillerie dura 3 semaines. Peu avant Noël, le village est évacué. Il est détruit à 98 %, 553 bâtiments, dont 165 maisons d'habitations sont détruites à 100%, 27 immeubles sont sinistrés à 75%, 103 sont à moitié et 70 à 25%; la Mairie, les deux églises, une école, un moulin, deux scieries, une fromagerie industrielle, 16 entreprises commerciales et artisanales ne sont que ruines, 6 entreprises sont détruites à 50%.

Le nid de Cigognes, construit sur le mur de pignon, seule partie restante, de la maison Ostermann - ancien Relais de la Poste aux Chevaux datant 1747 - a défié la tourmente de 1944-1945. Les cigognes revenues sur leur ancien nid (depuis 1930) et le mur "survivant" est devenu le Monument aux Morts des guerres 1914-18 et 1939-45.

La première église protestante était située dans la partie sud-est de l'agglomération, entourée du cimetière. Exigé par Louis XIV quand au moins 7 familles catholiques résidaient dans une localité, un simultaneum fut installé en 1687, un curé royal fut nommé en 1738. Vers 1840, la reconstruction d'une église mixte fut envisagée, mais, après bien des tracasseries administratives depuis 1789, c'est finalement deux nouvelles églises catholique et protestante, qui furent érigées en 1852.
    Les deux églises furent détruites lors des bombardements de 1944. Jusqu'en 1960, les deux paroisses célébraient leurs offices dans des églises provisoires en bois. La construction de deux nouvelles églises fut commencée en 1958, sur d'autres emplacements, au bord de la Fecht. L'église protestante fut construite à l'emplacement du manoir de la "Duchesse aux chiens" (voir ci-contre).
Le cinquantenaire des deux églises fut célébré le 29 mai 2011 ; il donna lieu à l'édition d'une plaquette : Histoire de nos deux paroisses (dont sont extraites ces lignes ci-dessous, p. 19) - .

« Mi-février 1945 on revint. Il se trouva encore assez de bancs, de chaises et de tabourets pour transformer en lieu de culte la salle du restaurant Baltzinger après avoir bouché les trous d'obus par des planches. Inoubliable ce premier culte de communion, avec le texte de Néhémie chapitre 4 : "Ceux qui bâtissaient la muraille travaillant d'une main et tenant l'arme de l'autre". Pour nous l'arme ne pouvaient être que la prière... »

 

Souvenirs à partir de photos actuelles : un tour dans Ostheim

Et plus sur la famille Baltzinger-Sturm...

Vendanges - Albert Baltzinger (premier rang avec feutre)

Hôtel-Restaurant Baltzinger,
[il n'appartient plus à la famille depuis les années 1990]


 

 

 

La généalogie des personnes ci-contre est en cours d'étude, beaucoup ayant des ancêtres communs avec Christian Emig.
Sa grand-mère y figure. Voir les premiers résultats dans Album Sturm 1

 

 

 

Aquarelle du Manoir. En premier plan : la rivière Fecht.
À droite : l'escalier donnant accès aux berges aménagées en lavoir en 1861
[reproduit d'après Sturm J.J., 2007]

A la place de ce manoir a été construite l'église protestante.

 


 



Eglise protestante qui fut le lieu où ont commencé bien des évènements familiaux
qui se poursuivaient ensuite dans le restaurant Baltzinger (ci-contre).

 


 

Liste des maires d'Ostheim depuis la fin des années 1700
(en rouge ceux apparentés voir )

Voir aussi la liste plus détaillée faite par Jean-Jacques Sturm

1 Laurent OSTERMANN
1790
2 Daniel OSTERMANN
1794
3 Jean Michel KLEIN
1795
4 Jean OSTERMANN
1799
5 Laurent OSTERMANN (1746-1814)
1800
6 Jean Daniel OSTERMANN
1811
7 Jean Michel OSTERMANN fils
1813
8 Jean Michel BOLLENBACH (1769-1821)
1815
9 Jean Michel OSTERMANN (1781-1859)
1830
10 Jean Jacques ORTLIEB
1834
11 Jacques UTZMANN
1839
12 Guillaume UMBDENSTOCK
1843
13 Laurent OSTERMANN (1809-1883)
1844
14 Georges UMDENSTOCK
1871
15 Eugène OSTERMANN (1842- )
1876
16 Georges UMDENSTOCK
1891
17 Albert FARNY
1896
18 Paul OSTERMANN (1878-1956)
1908
19 Frédéric BRECHBUHLER
1940
20 Eugène GRIESER
1945
21 Paul (fils) OSTERMANN (1906- )
1958
22 Eugène GRIESER
1971
23 Marcel BOEHRER
1974
24 Bernard CHASSEUIL
1983
25 Roger FRITSCH
2001
26 Bernard KEMPF
2014

 


 

Une photo sous verre et encadrée a été découverte par mon neveu Mathieu Acker dans les cartons de la famille Emig à Colmar - le photographe est Heckendorn à Colmar.

Elle est intitulée: Evangelischer Kirchenchor Ostheim - Erinnerung an den 30. Juni 1901 [Chorale de l'église luthérienne d'Ostheim - En souvenir du 30 juin 1901]


[agrandir]

Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact