Close

Seigneuries de Riquewihr et de Horbourg


Armoiries des Wurtemberg
(Württemberg)


Armoiries des
Wurtemberg-Montbéiard
(Württemberg-Mömpelgard)

La Maison de Wurtemberg trouve ses origines en Souabe (Schwaben)  dans la noblesse au XIIème siècle sous le règne de l’empereur  Frédéric II. En 1495, l’empereur Maximilien Ier, élève le comte Eberhardt « Le Barbu »  de Wurtemberg au rang de duc. Le titre de roi de Wurtemberg sera accordé par l’empereur Napoléon Ier  après la dissolution du Saint-Empire Romain Germanique. Confirmé en 1815 par le Traité de Vienne, le Wurtemberg restera royaume jusqu’en 1918.


Blason de Riquewihr



Blason de Horbourg

Depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours, l’histoire alsacienne de ma branche paternelle s’explique à travers l’histoire et ses vicissitudes, principalement des seigneuries de Riquewihr et de Horbourg. Et plus...

Seigneurie de Riquewihr - Herrschaft Reichenweier

La seigneurie de Riquewihr se compose des villages de  Hunawihr (Hunaweier), Beblenheim (Bebelnheim), Mittelwihr (Mittelweier), Ostheim, et des villages disparus d’Altenheim et de Regenhausen.Elle était bornée par le comté de Ribeaupierre, la ville impériale de Kaysersberg et celle de Colmar. Font également partie de la seigneurie de Riquewihr les châteaux forts de Reichenstein [1] (celui dominant Riquewihr) et du Bilstein [2], ainsi que le château (datant de 1222) et les environs de Kaysersberg qui sont vendus à l’empire en 1247. En 1291, Riquewihr, fortifié par le sire Burckard, comte de Horbourg, devient ville.

Walter et Buckard de Horbourg, étant sans descendance, vendent en 1324 leur domaine, comté de Horbourg et seigneurie de Riquewihr, à leur oncle le comte Ulrich de Wurtemberg qui, vers la fin du siècle, s'allièrent par mariage à la maison des Montbéliard. La seigneurie  restera wurtembergeoise jusqu’en 1796.

En 1407, par le mariage de Eberhardt le Jeune de Wurtemberg (1388-1419), administrateur des possessions de la rive gauche du Rhin, avec Henriette de Montfaucon (1387-1444), comtesse de Montbéliard, le comté de Montbéliard (Mömpelgard) devint terre d'Empire.

En 1534, la Réforme est officiellement introduite par le comte Georges 1er ; l’église de pèlerinage (1337) est transformée en presbytère et l’église St-Erard (chapelle d’hôpital) en école des garçons avec logement du maître.

En 1484-1489, le comte Henri accorde et confirme la charte de liberté des bourgeois. Riquewihr devient la capitale et  le centre administratif, judiciaire et religieux des possessions des Wurtemberg situées sur la rive gauche du Rhin.  Suit une longue période heureuse jusqu'à la Guerre de Trente ans : le commerce florissant du vin qui s'exportait dans tout l'Empire et les pays hanséatiques, amena la prospérité.

Lors de la Guerre de Trente ans (1618-1648), les armées, sous différentes bannières, déferlèrent sur l'Alsace et dévastèrent tout le pays. La famine et les épidémies firent le reste : le taux de mortalité (environ 50 % de la population) fut extrêmement élevé, la misère s'installa. La seigneurie connut la désolation ; elle aura de la peine à s'en relever, le passage des armées du roi de France en 1675 n'arrangeant pas la situation. C’est en 1680, les émissaires de Louis XIV prirent possession de la seigneurie.

La réunion de l’Alsace à la France vers 1680 (à l’exception de Mulhouse rattachée en 1798), précède de peu la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, limitant l’avenir du protestantisme en Alsace. Des mesures plus restrictives ne se firent pas attendre vis-à-vis des possessions protestantes et de leurs habitants. Mais à la fin du XVIIe siècle, cette politique coercitive s’atténua, surtout après la mort de Louvois en 1692.

Ce fut le cas des possessions du duc de Wurtemberg, notamment des seigneuries de Riquewihr et de Horbourg, devenues françaises mais restant soumise aux lois et coutumes du Saint Empire Romain Germanique et aux ordres des Wurtemberg jusqu’en 1796. Le traité de Ryswick (1697) qui met fin à la ligue d’Augsbourg marque un arrêt de la politique impérialiste de Louis XIV, obligé de rendre à l’Empire toutes les têtes de pont que la France avait sur la rive droite du Rhin.

A partir de la fin du XVIIe siècle, pour repeupler leurs possessions les Wurtemberg firent appellent à leurs populations de la rive droite du Rhin et à celles protestantes de Suisse, notamment du canton de Berne, pour repeupler leurs villages alsaciens (voir origine de nos ancêtres).

Après la Révolution française, les Wurtemberg ayant été contraints d'abandonner leurs possessions sur la rive gauche du Rhin, la seigneurie de Riquewihr est "définitivement" rattachée à la France en 1796 par le traité de Paris.



[1]  Château Reichenstein.

Situé à 425 mètres d'altitude au lieu dit Kappenwald, à quelques kilomètres à l’ouest de Riquewihr, le Reichenstein fut érigé, entre 1240 et 1250, à l'initiative des comtes de Horbourg, aux marches de leur domaine. Inféodé à la famille des Reichenstein vers 1255, la vie de ce château fut de courte durée. Des faits de brigandages et de pillages, visiblement menés par les frères Giselin de Reichenstein, sont raportés aux villes de Colmar et de Strasbourg. Ces dernières, constituant une milice dirigée par Rudolph de Habsbourg, organiseront une expédition punitive visant la destruction du château. Ce fut chose faite en 1269.
Le Reichenstein ne s'en relèvera pas. Il ne subsite plus de nos jours, que la ruine imposante du donjon pentagonal avoisinant la hauteur de 17 m.


[2]  Château de Bilstein

Le château de Bilstein-Aubure surplombe la commune de Riquewihr à 757 mètres d'altitude et domine le vallon du Strenbach (voir carte ci-contre). Le château est mentionné dès 1217, comme étant le fief de Thiébaut de Lorraine et occupé par les comtes de Horbourg.
Les Horbourg vendent leur seigneurie en 1324 à leur oncle Ulrich de Würtemberg. Ce dernier transféra du château l'image miraculeuse de la Vierge dans l'église Notre-Dame de Riquewihr en 1387.
Travaux d'agrandissement sont entrepris par la famille Würtemberg au cours du XIVe siècle. D'autres travaux de restauration sont également mentionnés du XVe au XVIIe siècle.
En 1547 le château est attaqué par les troupes impériales mais sans succès. En 1636 les armées impériales menées par le Comte de Schlick finiront par piller et détruire partiellement le château.
Peu après 1655, le château de Bilstein est abandonné et sert de carrière de pierre.


Lithographie du Château de Bilstein près de Riquewihr (1863).


 

Deux peintures de Riquewihr par le peintre-dessinateur colmarien
Jean-Jacques Waltz, dit Hansi (1873-1951).

Ci-dessus une vue du village

Ci-contre la "Porte Haute" datant du début XIVe siècle et
derrière le Dolder (1291).


Riquewihr vers 1650 - Dessin de Matthäus Merian, in Zeiller (1663).

[Cliquez sur les images pour agrandir]

Distribution des familles de la branche paternelle de Christian Emig dans les possessions devenues protestantes à la Réforme. Elle permet de comprenndre les relations entre nos familles vivant dans les seigneuries du duché de Wurtemberg, jusqu'à nos jours. Les limites des possessions sont indicatives, car elles ont variées au cours des siècles en fonction des mariages, des ventes, des héritages...


Seigneurie de Horburg - Herrschaft Horburg

Chuonradus (Conrad) est le premier seigneur de Horbourg que l’histoire mentionne, en 1123. Il est cité avec le titre de comte. Le seigneur de Horbourg est institué juge de région dans le comté de Witkisaue par le fisc.

La seigneurie de Horbourg, comme celle de Riquewihr, faisait partie du comté de Wickisau (Willisau ; aussi Witkisau, Wickißow) qui s'étendait sur la rive droite du Rhin (château fort de Sponeck). Outre les villages de Horbourg, Andolsheim, Sundhoffen, Appenwihr, Wolfgantzen, Algolsheim, Volgelsheim, Durrenentzen, Muntzenheim, Fortschwihr, Bischwihr, elle comportait de nombreux fiefs dont les plus importants sont Niederentzen, Kunheim, et aujourd’hui disparus Barbenstein et Lengenberg.

En 1324, les deux frères Walter et Burckard de Horbourg, sans descendance, vendent toutes leurs possessions à leur oncle le comte Ulrich de Wurtemberg (1325–1344), pour 4400 marc d'argent en mesure de poids de Colmar.

En 1543, le comte Georges 1er fait reconstruire le château comtal de Horbourg (sur les ruine du castellum romain) qui sera démantelé par Turenne en 1675, sur ordre de Louis XIV. La seigneurie est confisquée par le roi de France, puis rendue aux Wurtemberg.

Les seigneuries de Horbourg et de Riquewihr poursuivent leur histoire commune jusqu’en 1796, date du rattachement à la France (voir ci-contre).


Historique de quelques localités
Hunawihr / Jebsheim / Mittelwihr / Muntzenheim / Ostheim /

et Diaporamas
Beblenheim / Jebsheim-Muntzenheim/ Kaysersberg / Mittelwihr / Ribeauvillé


Quelques liens :


À lire :

  • Zeiller Martin (1663). Topographia Alsatiae. Das ist/ Vollkömliche Beschreibung und eygentliche Abbildung der vornehmbsten Städt und Oerther/ im Obern und Untern Elsaß/ auch den benachbarten Sundgöw/ Brißgöw/ Graffschafft Mümpelgart/ und andern Gegenden. Topographia Germaniae. Illustrations par Matthäus Merian. Sporlins, Frankfurt am Main, 221 p. [disponible en open access]

  • Herrenschneider E. A. (1894). Römercastell und Grafenschloss Horburg, mit Streiflichtern auf die römische und elsässische Geschichte; mit Plänen und Zeichnungen von Baurat Winkler. Barth, Colmar, 239 p. [traduit en français et publié par ARCHIHW, 1993]

  • Köbler G. (2007). Historisches Lexikon der Deutschen Länder: die deutschen Territorien vom Mittelalter bis zur Gegenwart. Beck, Munich, 976 p.


  • Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact