Famille Emig

Généalogie des Wohlhüter : origine connue de Biberach (Bade)

by Google     mit Google


Il y a plusieurs communes, ou aujourd'hui des quartiers de ville, s'appelant Biberach, notamment dans le Bade-Wurtemberg. En se basant sur les données en relations avec l'histoire de ces lieux, il nous est apparu que le plus probable est Biberach, une commune du Bade-Wurtemberg, située dans l'arrondissement de l'Ortenau, dans le district de Fribourg-en-Brisgau.
Grâce à un acte découvert par Florence Husser, Antoni WOHLHÜTER est cité comme parrain de Barbara GEILER baptisée le 16 mars 1662 à Sessenheim: dans l'acte de naissance du " registre paroissial protestant B 1627-1688 p.41/106", il est indiqué : "Antoni Wohlhüter von Biberach Weber knapp zu Kauffenheim" [Antoni Wohlmhüter de Biberach tisserand près de Kauffenheim].

[Agrandir]

Nota : knapp zu signifie ici "près de, à proximité" - plutôt que Knappe -dérivé de Knabe = garçon, garçonnet- alors qu'Antoni est un adulte.


  • Biberach (Bade) :
  • Cette commune est située dans la Forêt-Noire à environ 55-60 km à vol d'oiseau de Kauffenheim et 45 km de Sessenheim.

    Blason / Wappen von Biberach: In Grün eine bewurzelte silberne (weiße) Linde, vor deren Stamm kauernd ein silberner (weißer) Biber, der in den Vorderpfoten ein silbernes (weißes) Holzstück hält

    Le village est arrosé par la rivière Kinzig qui, comme les rivières des vallées environnantes, servait pour le rafting de radeaux en troncs de sapins, convoyés jusqu'aux Pays-Bas. Dans les environs de Biberach, comme Prinzbach, on exploitait des mines de zinc et d'argent - à voir avec les mines alsaciennes, notamment dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, dans les Vosges.

    Dès 1222, le siège du monastère Gengenbach mentionne le nom de Biberaha (bi = deux et aha = eau); puis au XIVe siècle, il devient Biberach. Une autre origine du nom serait celte sous Bibrax et Bibractemais ; pourtant aucune trace de présence celte n'a été recensée. En 1250, le bourg devient propriét&é de l'Episcopat de Strasbourg et du comte de Fürstenberg. Il redevient propriété du Reich en 1273. De la fin du XIIIe siècle jusqu'en 1802, Biberach est rattaché à Zell am Harmersbach qui est devenu à la fin du XIVe siècle une ville libre impériale (freie Reichstadt), ainsi plusieurs confessions pourraient y être présentes ; néanmoins, Moeller (2011) mentionne que des données précises manquent, tout en indiquant que la Réforme a eu peu d'effet dans la région.

    À noter qu'en 1637/38, il y a eu une épidémie de peste. En y ajoutant les conséquences de la guerre de Trete-Ans, à la fin de celle-ci (1648), il n'y avait plus que 7 habitants à Biberach. Ceci peut très bien expliquer le départ des Wohlhüter pour Kauffenheim.


    Eine Gründung des Klosters Gengenbach. Mit dem bambergischen Lehen der Schirmvogtei über Kloster Gengenbach zuerst bei den Zähringern bis 1218, dann bei den Staufern bis 1245. Der Ort war um 1250 Besitz (wohl als bischöflich-straßburgisches Lehen) der Grafen von Fürstenberg und wurde nach 1273 wieder Reichsgut.
    Zell Gehörte ab 1296 zur Reichslandvogtei Ortenau. In der 2. Hälfte des 14. Jahrhunderts wird der Ort durch den Gengenbacher Abt Lambert von Brunn (zusammen mit Nordrach, Ober- und Unterentersbach) als Stabgemeinde an Zell a. H. angegliedert.

    Blason / Wappen von Zell am Harmersbach: In Gold ein rot bewehrter, rot bezungter schwarzer Adler.

    Innerhalb der Reichsstadt Zell war Biberach ein Landstab mit Vogt und 6 Gerichtsmitgliedern (das Rügegericht aus Vogt und Gericht war für kleinere Vergehen zuständig). Im Rat von Zell wurden sie durch einen Heimburgen (war für Finanzen zuständig, hatte aber auch Polizeibefugnisse) vertreten. In den Reichsstädten bestanden nach der Reformation oft mehrere Konfessionen.

     

    Des Liens :

     


    Une autre ville, elle aussi une ville libre du Reich allemand, située en Haute Souabe entre Ulm et Friedrichshaffen sur le lac de Constance, est suggérée par Florence Husser [d'après ses données - relevées le 23 .10.2016] comme la ville d'origine, il s'agirait de : Biberach an der Riß. Or, cette éventualité devient de moins en moins plausible avec les données généalogiques et historiques. Comme dans les autres "freien Reichsstädten", protestants et catholiques étaient présents et Biberach an der Riß présentait une particularité : malgré la dominance des protestants, l'église était partagée par les deux religions. D'ailleurs la partité religieuse n'a subsisté que dans 4 villes libres après la guerre de Trente-Ans.

    Des Liens :

    • Biberach
    • Biberach_an_der_Riß
    • Luz G. (1876). Beiträge zur Geschichte der ehemaligen Reichsstadt Biberach. Kloos, Biberach, 419 p.
      (Faksimile-Ausgabe Oggelshausen, Genth, 1989, 532 p.).


    Pourquoi Biberach et non Biberach an der Riß ? Une hypothèse {*}

    Cette hypothèse est basée sur des faits historiques, généalogiques, éthologiques...

    Biberach est situé à environ 45 à 55 km de Sessenheim et Kauffenheim alors que Biberach an der Riß est à plus de 220 km. Si le tissage est apparu en Allemagne dans la région du lac de Constance au Haut Moyen-Âge ce qui peut expliquer que l'activité principale de Biberach an der Riß était le tissage, cette activité existait aussi en Forêt-Noire notamment dans les environs de Biberach (voir référence ci-dessus Ecomusée situé à 24 km de Biberach).

    Les relations entre familles de tisseurs apparaissent à travers notre généalogie avec des migrations de tisserands le long des cours d'eau du Sud au Nord et inversement. Ces familles pour ne citer que celles de Kauffenheim et Sessenheim portent le nom de Bohner, Bostetter, Gress, Metzger, Vix, Wolff... au XVIIe et début du XVIIIe siècles. Ajoutons que le choix d'être parrain n'était pas comme trop souvent aujourd'hui honorifique, mais guidé pour garantir à l'enfant un soutien et avenir en cas de mort du père ou des parents. Aussi, la situation du parrain, comme de la marraine, dans la société était importante dans ce choix. Ceci permet de supposer que Berhnardt Geiler et Antoni Wohlhüter avaient des relations : ceci était possible depuis Biberach, mais pas de Biberach an der Riß.

    Antoni Wohlhüter a épousé vers 1663 Maria Gilg (Gillig) Niederländer à Kauffenheim : la famille Gillig venue s'établir à Sessenheim est originaire (fin XVIIe s.) de Wasselonne. Depuis le début de ce siècle, vivait une famille Niederländer venue de Auersmacher (près de Saarbrücken) s'installer à Auenheim (à 3 km de Sessenheim et 6 de Kauffenheim).
    Il y a là indéniablement une piste qui pourrait aller en faveur des relations évoquées ci-dessus.

    Rappelons qu'après la paix de Westphalie (1648), marquant la fin de la guerre de Trente-Ans (voir Viscitudes...), l'immigration en Alsace depuis les autres régions allemandes proches pour le repeuplement étaient favorisée par les nobles ayant des possessions en Alsace. Kauffenheim et Sessenheim appartenaient à la baronnie protestante de Fleckenstein. A noter que Biberach en 1648 n'avait plus de 7 habitants !

    Ceci corrobore que la généalogie est un outil qui, au-delà de la seule base de données, a besoin des analyses scientifiques et historiques - voir


    Références :


    {*} Définition d'une hypothèse selon Atilf : Proposition (ou ensemble de propositions) avancée, provisoirement, comme explication de faits, de phénomènes naturels et qui doit être, ultérieurement, contrôlée par la déduction ou par l'expérience. En particulier : Vaste explication scientifique méthodique et organisée mais non encore vérifiée.


     

    Nota

    Une famille Wohlhüter de Strasbourg, originaire de St. Gallen (Suisse), est apparentée avec ma famille paternelle du vignoble alsacien, sans lien avec les Wohlhüter maternelles ; elle pourrait avoir émigré depuis Biberach an der Riß - St Gallen étant depuis le XIe siècle un centre d'artisanat toilier... ou suivi le chemin inverse ! Aujourd'hui, il y a encore des Wohlhüter dans le Sud du Bade-Wurtemberg - voir téléphone et carte ci-dessous.


    Une famille Niederländer vivait dans le Ried alsacien notamment à Goxwiller, située à environ 60 km au sud de Auenheim et 60km à l'Ouest de Biberach : cette famille est alliée avec la famille Baltzinger de ma branche paternelle (Ried et Vignoble)


    Répartition du nom de famille Wohlhüter en Allemagne en 2018
    Voir aussi Onomastique alsacienne