Famille Bouisson - MOUSTIER - VITALIS

Généalogie des MOUSTIER et VITALIS : Fuveau et Gréasque


 Fermer la fenêtre


<< Arbre ascendant d'Anne Moustier, épouse Bouisson (Sosa 64 - 65)
 


  >>  
Blason de Fuveau

Blasonnement actuel : D'azur à la boucle de ceinture accostée de deux palmes adossées, surmontée de l'inscription FU et soutenue de l'inscription VEAU, les deux inscriptions en lettres capitales, le tout d'or.

Les palmes sont celles des armoiries des Vitalis, seigneurs de Fuveau et de Pourcieux.

Fuveau : histoire et diaporama




Armoiries de Pierre de Vitalis, de Fuveau
d'après l'Armorial de 1696

Blasonnement : D'azur à la tour crénelée de quatre pièces d'argent maçonnée de sable, sur une terrasse de sinople, accostée à dextre d'une palme d'or, à senestre d'un lys de jardin tigé de sinople.


Extrait (en fac-similé) de Jougla de Morenas (1948, p. 489) : mention de notre famille Vitalis, ainsi que d'une autre famille en Provence. Il y a parfois une confusion entre armoiries.


Moustier

La lignée familiale Moustier est originaire d'Auriol, le premier ancêtre connu est Antoine Moustier qui y a vécu entre 1487 et 1537. Son petit fils Jean naît à Fuveau vers 1556. C'est l'arrière-petit-fils Antoine qui naît à Gréasque en 1652.
Jean Baptiste Moustier, né et décédé à Gréasque, épouse en 1735 Jeanne Vitalis d'une vieille famille fuvelaise, descendante de Reynaud Vitalis d'Aix-en-Provence. Leurs enfants naissent tantôt à Gréasque, tantôt à Fuveau. De leurs 12 enfants, 7 meurent en bas-âge, au moins deux, Joseph et Thomas, se marient et ont leur descendance à Fuveau, tandis que leur soeur Anne se marie avec le tretsois Jean Jacques Bouisson (1752-1825), leurs enfants naissent à Trets, puis iront s'installer à Marseille… et l'un d'eux, Joseph (1781-1851) émigrera en Turquie... et plus .

Marius Moustier (1852-1886) : biographie du découvreur des sources du Niger



Vitalis : maires à Fuveau *

Moustier : maires à Gréasque

1793-1793 Vitalis Jean Louis
1793-1793 Vitalis Joseph
1794-1795 Vitalis Jean Louis
1795-1795 Vitalis Jean Louis
1798-1800 Vitalis Jean Louis
1804-1815 Vitalis N…

1792-1796 Moustier Jean Joseph
1812 -1815 Moustier Alain
1883-1894 Moustier Stanislas
  **   -1919 Moustier Benjamin
1929-1944 Moustier Denis

* d'après la liste des maires de Fuveau de M.H et J. Cardon - mise en ligne par Jean François Roubaud

** après le décès de V. Rigaud.

Voir Liste des maires de Gréasque
et la mine.

Répartition géographique des familles Bouisson et alliées dans les principaux bourgs et villages des Bouches-du-Rhône et du Var.

[ Cliquez sur la carte pour agrandir le Bassin de l'Arc]


Pour les données généalogiques complètes, consultez :

    L'arbre Moustier sur  site abouisson

    L'arbre Vitalis sur  site abouisson

    L'arbre Bouisson sur  site abouisson

Vitalis

Vitalis Reynaud est marchand quincailler à Aix-en-Provence dans la rue du Palais ; il épouse Anthoinette et auront au moins deux fils : Pierre qui épouse Moutte Beatrix et Guillaume qui se marie avec Bassac Catherine – ces derniers sont nos Sosa 8384 et 8385.

Vitalis Pierre, Dr. en droit, exerce des charges parlementaires à Aix, greffier en chef au parlement, puis en 1526 une charge de maître-rational à la Chambre des Comptes où il succède à Michel de Guiran. Il transmettra cette charge à son fils Esprit en 1547. Il accède à la noblesse (de Vitalis) en achetant la seigneurie de Fuveau et une part de la seigneurie de Pourcieux au seigneur Audibert de Petra le 21 octobre 1529. Puis, elles se transmettent de père en fils. Son fils aîné Cosme hérite de la part Vitalis de la seigneurie de Pourcieux et est coseigneur de Fuveau avec son frère cadet Esprit. Mais ce dernier meurt en 1561  et Cosme, son héritier universel, devient seigneur de Fuveau. C’est sa descendance qui donner a une branche Fuveau et une autre Pourcieux. Les parts de la seigneurie de Pourcieux seront vendues par Charles de Vitalis le 17 avril 1737 à Gaspard d'Agoult, marquis d'Ollières.

En effet, depuis l’achat jusqu’au début du XVIIIe siècle, les  (de) Vitalis partagent la seigneurie de Pourcieux avec les familles d'Honorat et d'Agut. Ils exercent de hautes fonctions parlementaires et font partie de la noblesse de Provence ; ils ne résident pas à Pourcieux mais à Aix-en-Provence ou à Fuveau. Ils possèdent des biens, des maisons à Pourcieux, mais n'ont pas de château. Les Vitalis et les Honorat se réservent quelques pièces dans le logis qu'ils arrentent pour y loger et rendre la justice. En 1729, dans la déclaration pour la confection du nouveau livre terrier faite devant les notaires de Saint Maximin par Auguste de Rougemont, consul délégué, il est dit que la communauté de Pourcieux est un simple fief de 3 lieues mouvant et relevant du roi, que les seigneurs, Charles de Vitalis et Gaspard d’Agoult en ont la juridiction, le premier pour 2/3 et le second pour 1/3, qu’ils y exercent la haute, moyenne et basse justice le premier pendant 2 ans et le second pendant un an ( Archives Communales CC 1663-1790). Puis, Gaspard D'Agoult achète la part de seigneurie appartenant aux Vitalis le 17 avril 1737 et devient seigneur à part entière de la seigneurie de Pourcieux.


On trouve, dans l'ascendance directe de Marie Catherine Sarah Roboly (1787-1857), épouse Joseph Antoine Bouisson (1781-1851), fils de Jean Jacques et d'Anne Moustier, à Aix-en-Provence un mariage Sébastien Roboly (1557-1620), seigneur de Saint-Martin-de-Crau avec Etienette de Vitalis (1567-1617), fille d'Augustin et de Trophime Cauvin, probablement apparentés à la famille de Vitalis... et plus .


Quelques liens et références

  Famille de Vitalis

  Histoire de Pourcieux : Vitalis

Aubert de La Chesnaye Des Bois J.F. & Badier J. (1863-1873). Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire en chronologie des familles nobles de la France... À consulter à http://catalogue.bnf.fr/

Du Roure S. (1923). Les maintenues de noblesse en Provence, par Belleguise (1667-1669). T. II / Baron Du Roure. À consulter à http://catalogue.bnf.fr/

Jougla de Morenas H. (1948). Grand Armorial de France. Editions Héraldiques, Paris, tome 6, 587 p.

Rietstap J. B. (1884-1887). Armorial général ; précédé d'un Dictionnaire des termes du blason. Van Goor Zonn, Gouda, vol. 1, 2e éd. (1884), A-K, 1149 p. - & - vol. 2, 2e éd. (1887), L-Z, 1316 p.


Quelques mots sur Pourcieux...

Au XVIe siècle, Pourcieux aussi nommé Pourcioux, Porcils, Porcioux, Poucioux , Pousieu, comptait 60 maisons, dix bastides et une population de 300 âmes formant une communauté politique. C’était un simple fief seigneurial sans titre de marquisat, comté ni baronnie.

Le blason de la Communauté de Pourcious, ci-contre tel qu'il est figuré dans l'Armorial établi en 1696, blasonne : D'or au chêne de sinople englandé du même senestré d'un porc de sable sur une terrasse de sinople.

  Histoire de la communauté de Pourcieux


 Fermer la fenêtre