Famille Emig - Schürch

  Généalogie des SCHÜRCH de Sumiswald - dans le Territoire de Belfort

by Google     by Yahoo    mit Google     mit Yahoo
        Emigration "française" =   Franche-Comté  -  Territoire de Belfort  -  Sundgau & Ried  -  Ried  -  Vallée de la Bruche  |  eGen Schürch   |   Portail Schürch   |  

 

Des Schürch dans le Territoire de Belfort

 

   

      Des Schürch ont été rencontrés dans trois zones :

  • au Nord de Belfort principalement à Etueffont-le-Bas et dans les villages environnants qui sont situés à la limite du Sundgau romanophone. Dès la mise en place des registres d'Etat-cil en 1792-1793, le patronyme est Surque, il a rapidement évolué de Schürch > Churque > Surque. À cette époque, Jean-Claude Surque est adjoint au maire à Estueffont. Cette famille est restée catholique. Son origine suisse reste inconnue. La généalogie des Surque est visible sur E Gen Schrch Alsace.

  • dans le Sud Ouest à Beaucourt, qui était une zone à l'origine alsacienne à dominante protestante (luthérienne), à cause de sa proximité avec le Comté de Monbéliard [protestant], situé en Franche-Comté. Joseph Schürch (1652-1678) serait parti de Sumiswald pour venir dans les environs de Montbéliard. Il est fils de Peter Schürch et de Reinhart Anna. Aucune mention n'a été trouvée dans les registres d'etat-civil (les registres protestants ne sont consultables que sur place).

  • dans le Sud-Est, appartenant au Sundgau romanophone, sur la commune de Florimont dans la section de Normanvillars, une zone dans laquelle une dizaine de familles mennonites louent des fermes ; ils sont à la fois de petits cultivateurs et des tisserands qui vendent leurs produits sur le marché de Belfort. Un temple mennonite dit Chapelle des Mennonites a été construit en 1849 avec un cimetière, suite à l'autorisation obtenu en 1845-1846 [voir Carte ci-dessous].
    Les mennonites amish cherchèrent d’abord à s’isoler en louant des fermes à l’écart mais, peu à peu, contrairement à leurs cousins des Etats-Unis, ils se sont complètement intégrés à la population locale, perdant l’essentiel de leurs caractères propres, notamment la volonté de ne pas participer aux affaires.
    Christian (ou Chrétien) Schürk (1778-1838) et son épouse Magdlène Kropf (=Klopfenstein), avec deux filles connues (voir E Gen Schrch Alsace), travaillaient comme cultivateur dans la ferme de M. Pflieger. Cette ferme se situe dans le Nord du terrain communal [voir flèche et détail datant de 1814]
    Kropf est une variation de Klopfenstein, une famille mennonite bien connue dans la région, avec des mariages avec des amish de la vallée de la Bruche (mais ils ne concernent pas les Schürch).

     

Répartition des fermes occupées par des familles ménnonites [fond de carte de Google ; répartition des fermes d'après Marthelot (1950) et les cadastres napoléoniens de 1824 des communes de Florimont et de Boron ; ferme Pflieger dans un détail du cadastre napoléonien de 1824 - commune de Florimont]

 

 

  Des recherches sont en cours dans les registres d'Etat-civil des Archives Départementales 90.

Carte de localisation de trois familles Schürch sur le Territoire de Belfort (XVIII-XIXe S.).