Familles Bouisson - Emig

Onomastique des noms de famille français et méditerranéens (italiens, corses, turcs, espagnols)

Portail  


Bouisson - Masson

et leurs origines

Culture provençale

Onomastique méditerranéenne

Onomastique : Prénoms

 


Définitions :
ONOMASTIQUE subst. fém. : Discipline ayant pour objet l'étude des noms propres et comprenant diverses branches, telles que l'anthroponymie, l'hydronymie et la toponymie. Étymologie : 1578 onomastic subst. «explication du sens des mots». [ATILF]

Anthroponymie
= branche de l'onomastique ayant pour objet l'étude des noms de personnes.

Toponymie
= ensemble, système formé par les noms de lieux d'une région ou d'une langue.
= étude linguistique des noms de lieux, d'une région ou d'une langue, du point de vue de leur origine, de leur transformation, ou de leur signification.


 

Onomastique alsacienne

 


 

Armorial familial

 


 

Selon l'étude de l'Insee en 2019, 100 noms de famille les plus fréquemment enregistrés à la naissance dans le Département des Bouches-du-Rhône, de 1891 à 2000... Lire la suite...

 


- mise à jour le 11 juin 2020 -

Noms français > Berenger - Bouisson - Moustier - Masson - Roboly -

Noms italiens et corses > Monteverde - Orsini -

Noms espagnols > Valls - Forteza - Piña... -

Références




Berenger : d’abord prénom, puis patronyme, Berenger est un nom issu du vieux haut-allemand (Althochdeutsche) Berengar composé par beren ou bären = ours brun et Ger ou Gare = javelot, épieu, et plus largement ustensile, équipement (Gerät) – il signifie probablement Bärenkampfer un surnom pour un guerrier, ou Speerkämpfer kampfbereit wie der Bär = un piquier ou lancier prêt au combat comme un ours.

Ce patronyme fut : - Berengar ou Berenger aujourd’hui seulement présent sous Berenger en Allemagne ; - Bérenger en France (notamment en Provence et aussi parmi les descendants sur l’île Maurice ou Mauritius) ; - Berenguer en catalan en Espagne ; - Berengario en Italie.

Dans l'histoire de la Provence, on peut citer le comte de Provence et de Forcalquier Raimond Berenger V (1198-1245 à Aix). Il est le descendant des comtes de Barcelone, notamment de Borrell II (927-993) qui a connu Othon Ier, fondateur du Saint-Empire romain germanique en 962 et qui est aussi l'un des plus célèbres souverains allemands du Moyen Âge, aussi nommé Otto der Große (en français Othon le Grand).
La Provence fait partie de l'Empire allemand en 1032 et elle passe par héritage à Beatrice de Provence, fille de Berenger V, épouse de  Charles Ier de Sicile, comte d'Anjou et roi de Sicile, qui fut le fondateur de la maison capétienne d'Anjou-Sicile.

Nota : il faut souligner que Bérenger n’a aucun rapport avec le patronyme Béranger, probablement d’origine normande, bien que parfois on voudrait en faire une variante de ce dernier.


Bouisson est un nom de lieu et un nom de famille. C'est une variante de buisson (lui-même une altération de boisson), portée notamment dans le Sud-Est (départements des Bouches-du-Rhône et du Var): un diminutif de bois, signifiant "petit bois".

 

D'après Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français de Frédéric Mistral (1878, p. 322 et p. 381)

Merci à Xavier Nègre et son site WEB Lexilogos

Moustier est une forme ancienne de moutier, forme populaire de monastère, a pu désigner l'employé du monastère - aussi nom de localite d'origine et d'ancien fief,. le patronyme "Moustier" est le plus répandi dans le Sud de la France, notamment dans le département des Bouche-du-Rhône.
Du provençal "moustié" signifiant moutier, couvent, collégiale.


Masson : deux possibilités existent pour l'origine du nom ici lorraine romanophone :

  • 1. Une variante de maçon, nom de métier (peu probable, mais à ne pas éliminer totalement).
  • 2. Un hypocoristique (diminutif affectueux) de THOMAS. THOMAS > THOMASSON >MASSON (avec aphérèse, c'est-à-dire suppression de la première syllabe, procédé très fréquent avec les prénoms). C'est d'autant plus probable qu'on trouve la même chose dans d'autres langues [par exemple en italien : Tommaso > Maso (Masi) > Masotti, Massotti, Masoni, Massoni...].

 Roboly : l'origine de ce patronyme, par ailleurs rare, reste inconnue. La famille Roboly est connue en Provence au moins depuis le début du XIIIe siècle (notamment par Bernard Roboli, témoin dans la donation faite par Hugues des Baux aux Templiers de la terre de Lansac, sur le terroir d’Arles, à la date du 12 décembre 1234). C'est une famille de la noblesse de robe de Provence.
Parmi les "suggestions" patronymiques, on relève une origine dérivée du prénom germanique Hrodberht (ou Robert en français) mais en provençal c'est Roubert, ou encore d'après le toponyme Robol évoquant des eaux bouillonnantes, qui ne se retrouve pas en Provence (ni trouvé ailleurs).




En neuf millénaires de peuplement, la Corse a vu se succéder de nombreux groupes qui ont influencé l’histoire économique, sociale et culturelle de l’île. Mais, tant par l’importance de ses effectifs et sa pérennité que pour l’influence qu’il a eue sur l’île, le flux italien mérite d’être mis en relief, et aussi la domination de l’île dès le XIe siècle par la Toscane (Pise), puis la Ligurie (Gênes).

Si beaucoup de patronymes corses sont issus de noms de lieux, l'immense majorité est des prénoms devenus noms. Ils ont été formés tardivement, principalement après 1542, date du Concile (catholique) de Trente (1545-1563). En Corse, tout ce qui avait un caractère officiel était exprimé en italien ; donc quand les noms de famille se fixent, ils prennent une forme italienne (du Toscan) et ont une origine italienne pour la grande majorité d’entre eux.

Il est intéressant de noter que, d’après le livre de Jean Chiorbli (2012) sous le titre La légende des noms de famille - appellation d'origine corse (362 p.), beaucoup de Corses considèrent que leur nom de famille ne leur appartient pas et qu’on ne peut en changer à la guise de chacun. Ainsi, si les Corses sont attachés à une « corsisation » des noms de lieux, ils ne souhaitent pas changer leur patronyme.


Monteverde : nom italien surtout porté en Ligurie ; il est dérivé d’un toponyme signifiant le mont vert, la colline verte. Les Monteverde de la famille sont de Chiavari, à 40 km à l’Est de Gênes (Ligurie, Italie).


Orsoni, Orsini : noms corses dérivés de orsi = ours, symbole de puissance. Ceux de la famille Orsini sont de Castello-di-Rostino près de Pastoreccia (F-20235) en Corse.


L'Abbé Mathieu Orsini fut aumônier des Invalides au XIXe siècle et auteur de nombreux livres religieux, publiés dans de nombreux pays. Cet abbé, membre de l'Institut, et Chevalier de la Légion d'Honneur, était familier de l'Empereur Napoléon III. Il est né en 1802 à Castello-di-Rostino et décédé à Paris en 1875.
Il est le beau-frère de la grande-tante de la grand-mère paternelle Anna Monteverde d'Anne Bouisson (épouse Emig).
Toute relation supposée avec la puissante famille Ursini de Rome n'a jamais été prouvée, notamment avec la branche de Giordano Ursini (Orsini), 1525-1564, vice Roi de la Corse, homme politique et condottiere italien au service de Henri II, roi de France, et contemporain de Sampierro Corso, condotierre au service lui aussi du Roi.

Tomasini N. ; Richebourg É. (1875). L'abbé Orsini, 1801-1875 - [discours prononcés le 14 juillet 1875, par MM. N. Tomasini et Émile Richebourg]. Balitout, Questroy et Cie, Paris, 16 p.   go  




Nos ascendants Valls - Forteza - Piña... vivaient aux Baléares sur l'Ile Majorque (Espagne). Ils appartenaient à la communauté juive converse de Palma, connue sous le nom de chuetas (en catalan xuetes), contrainte à se convertir au catholicisme en 1435. Pour en savoir plus… voir

Les 15 condamnés chuetas du dernier autodafé en 1691 portaient les quinze patronymes suivants : Aguiló - Bonnín - Cortès - Forteza - Fuster - Martí - Miró - Picó - Piña - Pomar - Segura - Tarongí - Valentí - Valleriola - Valls ; ces noms sont presque exclusivement portés par les ascendants de Lucie Valls (1864-1934), arrière grand-mère d’Anne Bouisson ; tous sont de Palma de Majorque, leurs étymologies n'ont pu être trouvées.


Principales Références

ATILF (1994). Trésor de la langue Française informatisé, http://www.atilf.fr/tlfi, ATILF - CNRS & Université de Lorraine.

Darlu P. (2004). Patronymes et démographie historique. Annales de démographie historique, 2 (108), 53-65.

Divers dictionnaires espagnols : voir la Biblioteca virtual de Andalucia - notamment Diccionario geográfico-estadístico-historico de España y sus posesiones de ultramar (1846-1850) - Madoz, Pascual, 1806-1870.

DMF (2015). Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), version 2015 (DMF 2015). ATILF - CNRS & Université de Lorraine., http://www.atilf.fr/dmf/ : DWB version en ligne depuis 2017.

Emig C. C. (2017). Des règles, lois et coutumes françaises, suisses et allemandes à appliquer en généalogie. Nouveaux eCrits scientifiques, NeCs_01-2017, p. 1-13.   PDF

Honnorat S. J. (1846-1848). Dictionnaire provençal-français, ou Dictionnaire de langue d'oc ancienne et moderne ; suivi d'un Vocabulaire français-provençal. Repos, Digne, 4 vol. :   1 (A-D). PDF - 2 (E-O). PDF - 3 (P-Z). PDF - 4 (vocab.). PDF

Gaffiot F. (2016). Dictionnaire Latin-Français. Version Kamarov, Ed. G. Gréco, 1439 p.

Mistral F. (1878). Lou Trésor dóu Félibrige [par Lexilogos voir] ou Dictionnaire provençal-français. Petit, Raphèle-lès-Arles, 2 vol., 1196 p. et 1179 p. :   1 (A-F). PDF - 2 (G-Z). PDF

Negre X. : Divers dictionnaires par le site Lexilogos.


Nota : Les principaux dictionnaires consultés sont listés dans "Références"


Web site design and build by CdM Créations | Copyright © Christian C. Emig et Christian de Mittelwihr | Contact